UFC Que Choisir de Pau

Energie, Eau, Litiges

Un abus de démarchage à domicile à 8000 €

Chaudière à gaz

Je m’appelle Hélène et je vis seule dans un petit village béarnais.

La chaudière de ma maison était un peu fatiguée et le chauffe-eau à gaz à côté fonctionnait encore bien : pour autant, j’ai accueilli favorablement une Agence qui m’a proposé un diagnostic pour faire des économies d’énergie. Très aimablement, le technicien-commercial a fait un tour succinct de la maison et m’a proposé très vite de remplacer la chaudière. Il était très aimable et ça me semblait judicieux. Il m’a fait un devis : 6700 €, c’est cher et comme je ne voulais pas toucher à mes économies, j’ai accepté et signé une demande de prêt. La date d’installation a été fixée 3 semaines plus tard.

A la date convenue, les ouvriers sont intervenus et le technicien-commercial est repassé. Il est venu me convaincre que mon chauffe-eau ne tiendrait pas et que lui aussi devait être remplacé. Il m’a inquiété. Moi qui suis veuve, âgée et fatiguée, j’ai accepté le nouveau chauffe-eau qu’il me vantait, performant et économe en énergie, pour un montant de 8400 €, avec une nouvelle demande de prêt. 15 jours après ils sont venus l’installer.

J’étais encore plus inquiète, fâchée contre moi d’avoir tout accepté, d’autant plus que le chauffage se mettait en panne par moment. L’Agence, qui en fait était une entreprise de chauffage bordelaise, s’est déplacée, mais sans grand succès.

Dépitée, je suis venue demander secours à l’UFC Que Choisir de Pau. Un conseiller litiges s’est occupé de mon dossier et s’est efforcé de me rassurer. Il jugeait ce litige complexe et il me proposa de le traiter patiemment, pas à pas.
D’abord de faire procéder à une inspection des combles et à la réparation du conduit de cheminée. Puis à l’examen du dossier, nous avons compris que j’avais été doublement roulée : le modèle de chaudière du devis avait le double usage (chauffage et eau chaude) ; il comprenait un ballon pour cela. La chaudière livrée, bien qu’étant un bon modèle de même puissance, ne faisait que le chauffage. En supprimant mon vieux chauffe-eau qui n’était pas malade, il n’était pas nécessaire de me faire acheter un nouvel équipement. Et encore moins, pour 8400 €. Cela ressemblait à un abus à l’égard de ma faiblesse. Le conseiller et une de ses collègue m’ont aidé à réclamer auprès de l’entreprise, appuyant ma demande et menaçant de solliciter la DDPP. Sans doute par peur des conséquences, l’entreprise m’a proposé un arrangement avec un remboursement de 2 fois 4000 € par chèques étalés sur un mois. Ce qui fut fait.

L’organisme de crédit, averti de la situation, a sans difficulté annulé les deux prêts, sans effectuer le moindre prélèvement ; il m’a même remboursé 70 € de frais de dossier.

Maintenant, je suis soulagée d’être sortie de ce problème et reconnaissante à l’UFC Que Choisir de Pau. Merci beaucoup UFC.